Solitude. Troisième partie : s'en nourrir ou en sortir ?

Solitude. Troisième partie : s'en nourrir ou en sortir ?

À présent, nous avons ouvert le coffre. À l'intérieur, brillent des joyaux. Ce sont les facettes heureuses de nous-mêmes, à contempler, à polir et à choyer. Ils sont des dépôts spirituels.

Les dragons affrontés sont les autres facettes de nous-mêmes, qui nous tirent vers le bas. On pourrait dire que ce sont des entités psychiques négatives.

Deux possibilités s'offrent à nous : repartir confiant ou rester méditer pour écouter le monde et les autres à travers nos souvenirs.

L'ermite chemine en lui-même, il choisi le repli pour méditer. Loin du bruit, loin des guerres, loin des villes et du gâchis de toute médiocrité, il écoute le chant des étoiles. La voix de l'Univers, la paix grandissante de son âme lui donnent beaucoup de force. Il prie sans doute, il envoie tout l'Amour qu'il reçoit pour soulager ce qui souffre : hommes, plantes, animaux.

Il est nourri de ce travail, il est nourri de lui même. On vient parfois le consulter. Il tâche de n'en point tirer d'orgueil.

Mais le devoir de l'ermite, c'est de nous faire partager ce qu'il a appris dans sa caverne.

Alors il revient parmi nous.

" La vérité de la vie, c'est l'épanouissement individuel, certes, mais au sein d'une communauté. S'épanouir loin des autres, cela n'a pas de sens." Edgar Morin.

Lorsque nous parvenons à méditer, lorsque nous ressentons les vibrations de l'Univers, lorsque nous plongeons dans le cœur de nos amis, qu'ils soient à nos côtés ou dans de lointains pays, lorsque nous écoutons les Archanges, lorsque nous sommes en paix avec nous-mêmes, alors, nous ne sommes plus jamais seuls.

Rédigé par Ferry Véronik

Repost 0